agro-ecologie-pates

L’agro-écologie pour les nuls

Share on facebook
Facebook
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Agro-écologie, bio, agriculture durable, agriculture de conservation des sols… Difficile de s’y retrouver entre les appellations, entre greenwashing et réels engagements environnementaux. On fait le point pour vous. 

L’agroécologie, qu’est-ce que c’est ? 

On le sait, le modèle agricole conventionnel est aujourd’hui à bout de souffle. Utilisation importante de produits de protection des plantes et d’engrais de synthèse, épuisement des sols, revenus limités pour les agriculteurs, mal-être de la profession montrée du doigt… Il est temps d’évoluer vers un nouveau modèle, plus respectueux ; l’agro-écologie est ce modèle souhaité. Pour la préservation de l’environnement, pour notre santé, pour une alimentation de meilleure qualité. 

Pour une agriculture plus écologique 

A la différence du bio, l’agro-écologie, ce n’est pas un label lié à un cahier des charges. Il s’agit plutôt d’une démarche visant à l’évolution des pratiques agricoles, pour une agriculture plus vertueuse. 

L’agro-écologie, c’est à la fois un mouvement, mais aussi un objectif pour l’agriculture française, définie dans les politiques agricoles depuis 2013. Le Ministère de l’Agriculture la définit ainsi :  « L’agroécologie est une façon de concevoir des systèmes de production qui s’appuient sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes. Elle les amplifie tout en visant à diminuer les pressions sur l’environnement et à préserver les ressources naturelles. Il s’agit d’utiliser au maximum la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement. »

L’agroécologie est donc un modèle agricole qui s’inspire de la nature pour produire de façon plus durable et plus saine. Dans la nature, il existe des équilibres entre la faune, la flore et la vie du sol qui permettent aux cultures de mieux résister aux bioagresseurs naturels. La recherche et la capitalisation de cette équilibre : c’est ce vers quoi l’agriculture devrait tendre, à travers l’agroécologie

Les principes de l’agroécologie 

Il existe plusieurs principes fondateurs régissant l’agro-écologie. Ils peuvent être résumés ainsi : 

  • La régénération des sols : le respect du sol est un aspect fondateur en agro-écologie. Pas de sol, pas de vie ! Ainsi, les agriculteurs tendent à diminuer le travail de la terre et à favoriser une couverture végétale sur les sols pour les préserver. 
  • La diversification des cultures : une exploitation agro-écologique est à l’inverse de la monoculture ! Une rotation des cultures est favorisée pour éviter l’épuisement des sols ; des cultures associées sont pratiquées pour accueillir la biodiversité et limiter l’utilisation d’engrais et pesticides. 
  • Le respect des milieux : l’agroécologie est une pratique qui vise à limiter son impact sur l’environnement : les rejets et traitements sont limités pour préserver la ressource en eau. Elle se fait dans le respect de la biodiversité : les animaux (sauvages ou domestiques) font partie intégrante du cycle de production et la flore locale est préservée. L’arbre tient par exemple une place majeure dans l’agro-écologie, à travers l’agroforesterie notamment. 
  • Le respect des humains : l’agro-écologie est une pratique systémique, c’est-à-dire qu’elle prend en compte à la fois le champ mais aussi ce qui l’entoure : la ferme, le territoire et ses habitants. Il s’agit de valoriser les circuits courts, la transformation à la ferme, de promouvoir une juste rémunération des agriculteurs… Et l’agro-écologie, c’est aussi dans l’assiette, avec des produits de meilleure qualité, plus riches d’un point de vue nutritionnel.  C’est le cas pour nos pâtes artisanales ! 

Comment reconnaître une production agro-écologique ? 

L’agroécologie est un mouvement qui réunit à la fois les pionniers de la bio, les paysans les plus militants, mais aussi les agriculteurs conventionnels qui souhaitent faire évoluer leurs pratiques et ceux qui pratiquent des systèmes agricoles alternatifs : agriculture de conservation des sols, agriculture sur sol vivant… 

Les labels en agroécologie

Si l’agriculture biologique repose sur un label, les agriculteurs bio peuvent tendre vers un système encore plus agro-écologique allant plus loin que le cahier des charges bio sur leur exploitation. L’agroécologie, elle, ne repose pas sur un label mais sur un ensemble de pratiques, un « idéal » à atteindre. 

Le label Haute Valeur Environnementale (HVE) permet de valoriser les pratiques environnementales au niveau d’une exploitation dans son ensemble. Il existe 3 niveaux, le label HVE de niveau 3 établissant des pratiques agro-écologiques exemplaires.  

L’agriculture de conservation n’est pas un label, mais également un mouvement qui recouvre une diversité de pratiques, qui a un objectif : la conservation des sols. « Pour une agriculture du vivant » est également un mouvement qui réunit à la fois des agriculteurs mais aussi des transformateurs ou des consommateurs, qui a pour mission d’ « accélérer la transition alimentaire et agricole en structurant des filières de produits agroécologiques. »

L’agroécologie et les pâtes artisanales Papote

C’est ici, à la Ferme des Grandes Tuileries que sont produites les pâtes Papote !

Chez nous, l’agro-écologie, ce n’est pas un grand mot, ce sont avant tout des valeurs au quotidien. En tant que producteur de pâtes, on s’engage à cultiver notre blé en suivant les principes de l’agriculture de conservation des sols. Le travail du sol est réduit, les rotations de cultures sont assurées et nous avons recours à des couverts végétaux pour éviter l’utilisation de produits phytosanitaires. 

Nous adhérons aux pratiques du mouvement Pour une agriculture du vivant et prévoyons de nous labelliser HVE. Nous sommes et resterons un fabricant de pâtes en France

Enfin, l’agro-écologie en pratique, c’est aussi maintenir la transformation de nos produits à la ferme, et vous assurer dans l’assiette des pâtes artisanales de la plus grande qualité nutritionnelle… et gustative !  

Vous allez sûrement aimer :

10 bonnes raisons de consommer local

Consommer local, c’est important, mais pourquoi ? Pour soi, pour nos voisins, pour les agriculteurs… On vous explique pourquoi en 10 points. Pourquoi