Vous pouvez changer le monde ! (En mangeant des pâtes, mais pas seulement)

Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email

Chacun, à son échelle, peut participer à changer les choses ! A travers nos comportements au quotidien, on peut participer à œuvrer pour un monde plus écolo et solidaire. Alimentation responsable, consommation : voici quelques conseils pour faire sa transition.

Nos conseils pour changer au quotidien

Vous râlez sur les politiciens, les entreprises polluantes ou sur le 4×4 de votre voisin ? Vous savez que vous pouvez participer, de votre côté, à améliorer le monde dans lequel vous vivez, à travers des actions simples. Par où commencer ?

Alimentation responsable : c’est facile de changer

Le principal changement que l’on peut opérer à titre individuel, c’est son alimentation. Manger plus sain, plus local et plus éco-friendly : c’est le programme que l’on peut s’appliquer dès à présent. 

Ainsi, on peut d’ores et déjà privilégier les produits artisanaux, au marché ou en grande surface. On fait la part belle aux légumineuses, aux légumes et aux féculents (pâtes, riz…) dans son assiette.

Du côté des fruits et légumes, on les choisit de préférence bio ou cultivés en agro-écologie, locaux et de saison. On peut également se lancer dans la culture de ses propres fruits et légumes, sur son balcon ou dans son jardin potager. Une source de vitamines, d’économies non négligeables et de plaisir partagé. Quelle joie de croquer ses propres tomates cerises ou de confectionner son pesto maison à partir du basilic de son jardin ! 

jardin-responsable-maison-potager

Mangez des pâtes artisanales !

 Ce n’est pas un programme de campagne présidentielle, mais ça y ressemble. Manger des pâtes peut-il aider à changer le monde ? Oui, car on en mange en masse ! De l’ordre de 8 kilos par an et par habitant. Et oui, si l’on choisit des pâtes artisanales françaises, transformées à la ferme, comme les pâtes Papote. On fait le pari de soutenir une agriculture durable près de chez soi, tout en mangeant des produits de qualité. C’est bon pour l’économie, pour notre santé et pour nos papilles ! 

Et cela ne coûte pas plus cher de mieux manger : en privilégiant les produits bruts, peu transformés (comme les pâtes), en cuisinant soi-même, on fait des économies. On peut donc acheter des produits de meilleure qualité. Et on diminue les dépenses dans d’autres domaines : en mangeant plus équilibré, on fait des économies sur l’achat de compléments alimentaires ou de médicaments ! 

On agit aussi, de façon globale, sur l’économie de son territoire. En consommant local, on injecte de l’argent qui profite directement aux agriculteurs et aux commerçants locaux. Et en privilégiant des produits bio ou issus de l’agro-écologie , on œuvre pour la qualité des sols et des eaux de notre territoire. On diminue ainsi les dépenses liées au traitement des eaux, par exemple. 

L’argent, le cœur du changement

On le voit, l’économie est le nerf de la guerre ; c’est à travers sa consommation que l’on peut changer les choses, mais aussi son épargne. Notre argent en banque est notre premier poste d’émissions carbone : presque la moitié (41%) de nos émissions annuelles!

[source] Jérémie Pichon, Famille en Transition écologique, Thierry Souccar éditions, 2019 [/source]

Finance responsable, épargne citoyenne : comment faire pour changer les choses ?

Il existe pourtant des solutions pour mieux placer son argent. Tout d’abord, on peut s’interroger sur ce que fait notre banque de notre argent. Le site financerresponsable.org permet de mieux choisir sa banque en fonction de son impact sur l’environnement. Changer de banque est aujourd’hui facile ; si l’on choisit une banque responsable, on a l’assurance que son argent ne servira pas à financer des projets polluants. 

On place son argent dans l’agriculture durable

agriculture-durable-argent-responsable-planète-avenir

Si l’on a un peu d’épargne de côté, on peut choisir de soutenir des projets d’agro-écologie novateurs. Souvent, les agriculteurs ou les porteurs de projets en alimentation responsable ont des difficultés à être financés par les organismes traditionnels. C’est pourquoi ils passent par des campagnes de financement ou de prêt participatif

Chez Papote, on a choisi de faire financer notre projet de fabrication et vente de pâtes artisanales à travers une campagne de crowdfunding, ou financement participatif https://www.miimosa.com/fr/projects/lancons-les-pates-eco-friendly, et une campagne de prêt https://www.miimosa.com/fr/projects/papote-des-pates-fermieres-fabriquees-dans-la-marne. Nous avons ainsi pu réunir 150.000 € de prêt participatif, et plus de 10.000 € de dons nécessaires à notre lancement. Les contreparties ? Des paquets de pâtes artisanales françaises, des dégustations, et même des visites de notre ferme !  

Le site Miimosa est une plateforme incontournable pour le soutien à des projets agricoles et alimentaires novateurs. On peut participer à des campagnes de crowdfunding ou placer son argent dans des campagnes de prêt solidaire. Et les taux sont bien plus intéressants que le livret A (2 à 7 %) : une bonne raison pour se lancer dans l’épargne verte 

L’alimentation responsable et la finance verte : deux secteurs indispensables pour changer les choses au quotidien. Mais pas seulement : vous pouvez aussi vous interroger sur la manière de vous déplacer et arrêter ou diminuer les voyages en avion par exemple. On peut aussi revoir sa façon de consommer, en privilégiant par exemple les objets d’occasion. 
Et lorsque l’on a mis le doigt dans l’engrenage de la transition écologique, difficile de s’arrêter : on se rend compte que l’on consomme moins, mais mieux, et que cela profite à tous !

Vous allez sûrement aimer :

pénurie-pâtes-crise-rupture-stock

Risque-t-on une pénurie de pâtes ? 

Guerre en Ukraine, sécheresse, montée des prix des matières premières… Les événements de ce printemps nous font craindre une pénurie de certains